samedi 5 mars 2022

Le bruit des bottes …

Le 21 février dernier, le président russe déclarait la mort des accords de Minsk et proclamait officiellement la reconnaissance des républiques séparatistes du Donbass. Les conséquences de cette décision furent aussi radicales qu’immédiates, puisque celle-ci impliquait de répondre à l’aide militaire demandée par les représentants des républiques séparatistes, mais correspondait également à l’invasion de l’Ukraine, pour tous ceux qui ne reconnaissent pas ces territoires comme souverains. En cette période de forte tension entre l’Ouest et l’Est, ceci ne pouvait pas moins bien survenir et les conséquences de ce choix ne pouvaient qu’empirer la situation des Ukrainiens. 

Cette reconnaissance peut sans doute paraitre louable à tous ceux qui reconnaissent la légitimité du combat des gens du Donbass, mais la vérité est que les conséquences de cette opération militaire provoqueront de véritables catastrophes pour tout le monde. Ceci, incluant le peuple du Donbass qui n’est pas moins ukrainien que le reste de la population !

Depuis une dizaine d’années, la Russie est présentée comme le pays voyou par excellence. Médias et politiques diabolisent à fond et tout est bon pour présenter ce pays comme un modèle de crapulerie. Des Jeux olympiques de Sotchi, à la guerre en Syrie, en passant par les élections américaines, tout est fait pour diaboliser la Russie et cela n’est pas si difficile à faire en plus. La Russie étant un pays de longue tradition impérialiste, elle agit comme tel pour sanctuariser sa zone d’influence politique et économique. Même les 70 ans de socialisme n’ont pas été en mesure d’extraire cette mauvaise habitude et les dirigeants soviétiques ont trop souvent agi en brute pour faire valoir les intérêts de l’union. Évidemment, les impérialistes américano-britanniques ne se sont jamais privés de faire les mêmes basses œuvres que les Russes, seulement ceux-ci ont développé un art de la subtilité qui a trop souvent fait défaut aux dirigeants russes.

Depuis les tous débuts de sa création, l’objectif de l’OTAN a toujours été d’encercler la Russie et ses alliés. Malgré la conversion de l’Union soviétique en fédération capitaliste, cet objectif s’est tout de même maintenu avec les années. Que l’objectif de maintenir le pantin des Américains (Boris Eltsine) au pouvoir ait été réalisé au détriment d’un retour du « stalinisme » (avec le nouveau parti communiste de Gennadi Ziuganov) ou de l’arrivée massive de l’investissement américain, rien ne semble pouvoir rendre ce pays fréquentable. Il faut dire que la Russie reste un rival de choix pour l’ordre libéral des États-Unis d’Amérique. De plus, l’économie américaine étant très largement stabilisée par son complexe militaro-industriel, le maintien en activité de l’OTAN et de ses très lucratives commandes d’armement, devait, du coup, motiver l’entretien d’un ennemi crédible. Et cet ennemi a toujours été principalement la Russie, même si la Chine est elle aussi dans le giron de l’OTAN.   

Depuis la fin des années 2000, les choses ont continué de se dégrader et l’accord tacite de ne pas s’étendre à l’Est, conclus lors de l’effondrement de l’URSS, lui aussi. Une nouvelle guerre froide se mettait donc en place et à coup de révolution colorée et de « Soft power », la Russie sut étonnamment répondre de manière intelligente et stratège. Notons que le successeur de Eltsine, Vladimir Poutine, était réputé comme un fin joueur d’échecs et se servait le plus souvent des bourdes des Américains et de l’OTAN à son avantage. Ceci fut tout particulièrement le cas lors de la guerre en Syrie, mais également pour ce qui est de la question ukrainienne. Enfin, jusqu'à maintenant ... 

Rappelons que l’Ukraine actuelle (celle reconnue à l’ONU) étant une création de l’Union soviétique, celle-ci fut organisée comme un État tampon, équitablement divisée entre ukrainophone et russophone, afin d’éviter que l’État ne dérive vers le nationalisme. Au lendemain de la chute de l’URSS, la déclaration d’indépendance de l’Ukraine exprimait d’ailleurs « son intention de devenir un État neutre, qui ne participe à aucun bloc militaire »[1]. L’Ukraine devait donc se constituer comme un État non-aligné.  

Mais le retour du nationalisme dans les anciennes Républiques socialistes d’Europe de l’Est finit par atteindre le monde slave et fit son œuvre pour délégitimer tout le legs du socialisme, jusqu’à tomber dans l’anticommunisme le plus radical. Trop souvent confondu avec l’impérialisme et l’autocratie des dirigeants de l’URSS, le communisme fut complètement repeint en monstruosité totalitaire (bien sûr aidée par la faiblesse de la nouvelle Russie capitaliste et la doctrine néolibérale), l’anticommunisme des pays d’Europe de l’Est finit même par réhabiliter de façon plus ou moins discrète des personnalités nazies.

Ce fut le cas notamment dans les pays baltes, mais aussi en Ukraine. L’Ukraine a ceci de spécial que la partie Ouest du pays (la Galicie) est le cœur du nationalisme ukrainien, mais aussi le centre de la collaboration avec les nazis, lors de la Deuxième Guerre mondiale. L’un des intellectuels les plus connus du nationalisme ukrainien, et récemment réhabilité, est Stepan Bandera, qui dirigea l'Organisation des nationalistes ukrainiens, qui luttait contre l'Union soviétique et qui participa à la création de la Légion ukrainienne, sous commandement de la Wehrmacht. Le souvenir de l’ex-URSS étant plus frais que ceux de la dernière guerre mondiale, bien des Ukrainiens de l’Ouest finir par interpréter la défaite de l’occupant nazi comme une « invasion soviétique ». Bien sûr, cette façon de réécrire l’histoire n’est pas partagée par tout le monde en Ukraine (notamment à l’Est), mais on peut aisément comprendre que la nostalgie de l’URSS comme du nazisme implique avant tout un aspect identitaire, qui a souvent moins à voir avec la politique qu’avec l’antagonisme russophone/ukrainophone.

Le problème ukrainien, quoiqu’imposant une forte instabilité dans le pays, se maintenait en paix toute relative, tant que le pays pouvait voter dans sa globalité et trouver une politique médiane entre l’aspiration à l’Ouest et la proximité du grand frère russe. Cependant, la crise de l’Euromaïdan et le putsch qui lui a succédé ont brisé cet équilibre et on permit aux Ukrainiens de l’Ouest d’imposer leur vision à l’autre moitié du pays. C’est à ce moment que l’offensive s’est faite contre la langue russe et devait assimiler l’ensemble du peuple pour transformer un état multiculturel en État ethniquement ukrainien. C’est dans ce contexte que les plus extrémistes des nationalistes ont été en mesure d’influencer le gouvernement (via le vice-premier ministre Oleksandr Sytch du parti d’extrême droite Svoboda) et de se former en milices pour semer la terreur chez les russophones et ainsi leur faire prendre les armes, avec les conséquences que l’on connait …  

Dès lors, le fragile équilibre du pays bascula du côté des nationalistes ukrainiens et le pays se coupa en deux. La première sécession se produit en Crimée, qui pour des raisons stratégiques[2] fut rapidement intégrée à la Russie. Ensuite vint le soulèvement du Donbass, qui devait rapidement s’enliser et finir par devenir une petite enclave en guerre contre tous les gouvernements qui suivirent. Au départ, la Russie se tenait en retrait, malgré les accusations de Kiev et des occidentaux, mais, pour des raisons encore aujourd’hui inexplicables, Vladimir Poutine a finalement renoncé à sa politique de prudence pour jouer les va-t’en guerre avec les conséquences que l’on connait aujourd’hui.

Et ces conséquences sont catastrophiques, autant pour les ukrainophone que les russophones d’Ukraine. Contrairement à ce que la majorité des observateurs sérieux ont d’abord cru, l’armée russe ne s’est pas contentée de soutenir militairement le Donbass, mais s’est donné comme objectif d’envahir l’Ukraine, pour visiblement renverser l’actuel gouvernement et « dénazifier le pays ». Comme je l’ai mentionné ci-dessus, le militantisme néonazi est une réalité préoccupante dans tous les pays d’Europe de l’Est, mais, pour autant, elle n'impliquait pas un risque politique à ce point grave qu’elle mériterait une déclaration de guerre !

Cette intervention guerrière est d’autant plus absurde d’un point de vue russe, que toute la sympathie que le pays pouvait profiter (en raison de l’encerclement de l’OTAN et de la déstabilisation dont ils sont les victimes) s’envole, sans compter qu’il valide tout le narratif des occidentaux et renforce une alliance qui commençait pourtant à se fissurer. Aujourd’hui, toute la communication des pays de l’OTAN et des va-t’en guerre atlantiste se drapent de la toge blanche de la paix et du droit international et cela me tue de l’écrire, mais ils ont raison ! Poutine est fautif dans cette affaire et il est en train de détruire tout l’héritage que son peuple pouvait encore hier lui attribuer. Même en ce qui touche la juste cause du Donbass, ces habitants seront désormais considérés à l’international comme des collaborateurs d’une invasion et non plus les victimes d’un État xénophobe. Cette intervention est même en train de transformer des politicards corrompus et des milices néonazies en héros de la résistance face à une armée impérialiste bien plus puissante qu’elle.

C’est le mythe judéo-chrétien de David contre Goliath qui se superpose à une réalité bien moins rose et cette page d’Histoire, celle qui s’écrit sous nos yeux, est le fait de Vladimir Poutine, même si je rappelle que c’est l’OTAN qui a semé les graines de la discorde, au départ. Poutine avait bien d’autre façon de procéder que d’agir en brute impérialiste et il payera cette erreur devant l’Histoire et tout ce qui voulait protéger sera sali par cette décision.

La guerre est le pire des maux et est toujours l’option qu’il nous faut éviter ! C’est pourquoi il est toujours condamnable de la déclarer, peu importe les raisons. La guerre ne se justifie que si elle est défensive, point barre !

Aujourd’hui, je m’attriste pour les victimes de la violence de la guerre, mais aussi pour ces Ukrainiens du Donbass qui seront traînés dans la boue et qui n’auront plus la chance de gagner moralement leur cause. Je me désole aussi de cette guerre fratricide qui va créer un fossé de plusieurs générations entre peuples slaves, qui ne pourra que profiter aux impérialistes anglo-américains et à leur machine de guerre. Je m’afflige également de cette réécriture de l’Histoire qui présente l’Union soviétique comme un impérialisme totalitaire alors qu’il a donné corps à l’Ukraine moderne et a libéré les peuples de l’Est de la barbarie nazie. Au final, c’est même l’idée généreuse et libératrice du communisme qui s’en trouve entaché par la folle croisade de Poutine.

Croisade qui ne pourra engendrer que du sang et des larmes et qui ternira la mémoire de ces Russes qui ont vaincu le Reich et auquel nous devons tant !

Benedikt Arden, mars 2022


[2] Notamment en raison des bases militaires russes et du port de Sébastopol.

samedi 15 janvier 2022

Des contraintes sanitaires de plus pour des vaccinés en moins

Un peu comme l’an dernier, l’ambiance est à la panique. Notamment parce qu’en quelques jours nous sommes passés d’un quasi-état d’après Covid à un retour brutal à la situation prévaccinale. Nous le constatons depuis l’arrivée du froid, les fameux vaccins si attendus, ont démontré une efficacité bien décevante et n’ont strictement rien changé aux mesures sanitaires les plus liberticides, malgré les belles promesses du gouvernement. Il est d’ailleurs effarant de constater que le nombre de cas explose dans des proportions comparables à l’hiver 2020-2021 malgré une couverture vaccinale complète de près de 90% des adultes

Évidemment, le responsable de cette baisse d’efficacité serait le variant du moment (Omicron), qui semble être en mesure de contaminer aussi bien les vaccinés que ceux qui ne le sont pas. Cependant, les données disponibles semblent démontrer que la protection du vaccin à ARN messager abaisse la quantité de personnes susceptible de développer une forme grave de la Covid-19 (donc les hospitalisations), mais ne procure pas une protection convenable contre l’infection et sa contagiosité. Ce qui pose un vrai dilemme à la politique sanitaire du gouvernement caquiste, qui n’est pour ainsi dire basée QUE sur la vaccination et les confinements.    

Face à cette situation, la déception est grande et le retour des mesures dites « d’urgence » en fait rager plus d’un. Notamment chez les gens qui ont suivi patiemment les consignes et qui doivent subir derechef les désagréments d’un nouveau confinement. Dans ce contexte, la recherche de coupables est donc le réflexe à prévoir, car la remise en cause de la solution facile (la vaccination) remettrait aussi en cause les mesures dites d’urgence, puisque sans vaccin ou autres traitements préventifs, le remède de cheval du gouvernement (le confinement) ne peut plus être considéré comme temporaire.

C’est donc pour pallier ce dilemme que le gouvernement met toute la pression possible sur ceux qui ne se sont pas prêté au jeu de la vaccination et les accuse carrément d’être responsables de l’échec complet de sa stratégie sanitaire. Ceux-ci sont d’ailleurs la cible d’un ostracisme difficilement justifiable et qui frise le lynchage dans certains cas. Cet ostracisme fait d’autant plus de peine à voir qu’une couverture vaccinale de 100% n’empêcherait même pas la pandémie de sévir comme c’est présentement le cas. Dès lors, la recherche de boucs émissaires ressemble plus à de la dissonance cognitive qu’à une recherche de véritable solution.

Après tout, une couverture vaccinale de 89,6% (12 ans et +) est une réussite en soi et bien des maladies ont été vaincues par des couvertures vaccinales bien moindres. Mais la Covid-19, au même titre que la grippe et autre coronavirus, est de ce genre de maladie qui ne se laisse pas annihiler aussi facilement et mute suffisamment pour devenir des maladies saisonnières (surtout lors des temps froids). Ce qui fait que « l’urgence » ne devrait plus en être une et devrait faire place à des mesures sanitaires de long terme, pour ne pas dire permanente.

Mais cette réalité, encore trop peu sont prêts à l’entendre. C’est pourquoi les réflexions démocratiques sur la gestion sanitaire de la société sont encore court-circuitées par la recherche de boucs émissaires, même si cela ravive les sentiments les moins nobles qui soit, allant même jusqu’à remettre en cause le droit des « antivax » à se faire soigner gratuitement, voire leur imposer un tribut de non-vaccination. Le président français (qui, soit dit en passant, est l’inspiration principale de notre premier ministre) en est même allé jusqu’à souhaiter vouloir « emmerder les non-vaccinés » ce qui est sans doute également l’avis de François Legault, quand il impose le passeport vaccinal dans les SQDC et la SAQ, alors que le type de produit vendu dans un commerce n’a évidemment aucun impact sur la pandémie (pas plus que l’heure et la raison d’un déplacement dans le cas de cet aberrant et inutile couvre-feu). En fait, c’est un secret de polichinelle que cette mesure soit une incitation indirecte à la vaccination, puisque la consommation d’alcool et de cannabis devant un écran de télé reste la principale activité pour bien des gens en hiver, puisqu’à peu près tout autre type d’activité (plus saine) est soit annulée ou fortement contrainte.

Enfin, tout cela pose une sérieuse question : pourquoi le gouvernement ne rend-t’il pas tout simplement la vaccination obligatoire au lieu d’alimenter cette haine envers les récalcitrants à la vaccination ? Après tout, ces gens n’ont encore aujourd’hui rien fait d’illégal et ils ont absolument le droit de ne pas être vaccinés, alors il est hypocrite de se surprendre qu’une minorité de la population soit dans ce cas de figure.

À mon avis, la raison de cette absence d’obligation est tout simplement que le gouvernement ne le souhaite pas. Certains évoquent bien la difficulté de forcer les gens à se faire vacciner de force et ils ont sans doute raison en bonne part, mais il est tout à fait possible de le faire par une contrainte acceptable, surtout si on agrandit le choix de l’offre aux vaccins traditionnels (je pense ici au vaccin de Medicago).

Après tout, la France impose tout un ensemble de vaccin aux jeunes sans que ce pays soit mis au banc des accusés de la cour pénale internationale ! Alors, pourquoi refuser d’imposer légalement ce que l’on a le droit de faire et que l’on prétend souhaiter ? Tout simplement parce que le gouvernement cherche des coupables et non des solutions !

Comme je l’ai déjà indiqué plus haut, une couverture vaccinale de 100% n’empêcherait sans doute pas le virus de circuler, puisque les variants s’adaptent aux vaccins, comme c’est le cas de la grippe. De plus, comme les variants se créé dans des déserts vaccinaux (notamment l’Afrique, d’où semble provenir Omicron), que les vaccins sont maintenus bien en laisse par les brevets des multinationales de la pharmaceutique et que ceux-ci les réservent aux bons payeurs (les pays occidentaux), il n’y a aucune raison de croire que la pandémie pourrait être vaincue rapidement.

Soulignions-le : tant et aussi longtemps que la vaccination ne sera pas globale, des variants nouveaux seront fréquemment créés et migreront dans les pays riches, peu importe le nombre de doses de vaccins des Québécois et le fait qu’ils possèdent un passeport vaccinal ou non. Cette situation pousse cette position jusqu’à l’absurde, non seulement parce que cet égoïsme national va à l’encontre de la sécurité de sa propre population, mais surtout parce que les frais de conception des vaccins ont été majoritairement financés par les États et non les actionnaires bien gras des pharmaceutiques. C’est pourquoi les vaccins devraient être une propriété collective, comme le recommande à juste titre l’OMS.

Pourtant, rien n’a encore changé sur ce front et le Québec (comme la France) module désormais leur passe sanitaire à un nombre non limité de doses de vaccin, au détriment du retard accumulé des pays les plus pauvres. Pays, qui hébergeront les prochaines souches de virus pouvant mettre à mal la couverture vaccinale comme c’est le cas actuellement …

Malgré tout, le gouvernement continue de justifier ses échecs en blâmant les gens qui ne se font pas vacciner ou qui ont le mauvais gout de voyager, tout en les laissant libres de le faire, mais ne se prive pas pour fermer les commerces et activités qu’il juge « non essentiels », au nom de « l’état d’urgence sanitaire ». Et ceci, peu importe s’ils posent un risque réel de contagion, étant donné que c’est le fait d’être « essentiel » qui justifie son ouverture.

Soyons honnête, l’état d’urgence pouvait se comprendre au printemps 2020, voir janvier 2021 pour les plus indulgents, mais depuis beaucoup d’eau a coulé sous les ponts et la nature du virus est devenu assez claire pour tous ceux qui se donnent la peine de regarder les données. La pandémie est très loin d’être terminée et il est à douter que les bons choix soient faits à l’international.

Comme pour la question environnementale, le système capitaliste empêche l’essentiel des solutions à nos problèmes en raison de la priorité systématique appliquée au profit et à la nature ploutocratique des pouvoirs qui gère le monde. S’il n’est pas possible de peser face au lobby pharmaceutique à l’OMC, il serait tout à fait possible de nationaliser un vaccin québécois (ou au moins canadien) ou, au minimum, de reconnaitre les vaccins des autres pays afin de casser le monopole de Pfizer et Moderna.

Mais au lieu de cela on participe à ces monopoles privés de la vaccination sans s’inquiéter de la source de ce qui les rendra un jour inopérants. Un peu comme si l’on cherchait à maximiser le profit des propriétaires de brevets tout en s’assurant que la production de variant ne soit pas entravée dans le tiers monde ! De cette façon, on garde captif des « marchés » avec des états d’urgence sanitaire permanents tout en s’assurant que les variants ne manquent pas afin de justifier de nouvelles doses encore et encore. Il est loin le temps où l’on se vaccinait pour éviter d’être malade. Désormais on a le devoir de s’abonner au Pfizer sinon on est au banc de la société, un paria, un pestiféré …

D’ailleurs, tous ceux qui luttent contre le conspirationnisme risquent d’avoir bien du travail, car quoi de mieux pour les radicaliser que de repousser ces milliers de personnes en marge de la société, avec comme seul passetemps de regarder les vidéos de tous ces gourous qui pullule sur le net et qui vivent de leurs dons. Non vraiment, tout est fait pour radicaliser les non-vaccinés et ce n’est certainement pas en ajoutant d’autres mesures répressives que l’on augmentera la couverture vaccinale.

Si le gouvernement souhaite augmenter la couverture vaccinale c’est en convainquant et non en forçant le bras de ceux qui regarde d’un mauvais œil cet ignoble monopole privé et son produit. Et s’il veut que la population maintienne une bonne discipline sanitaire, ce n’est pas en faisant sauter un directeur de la santé publique un brin usé, mais en organisant des mesures permanentes et raisonnables, basées sur la science et non plus sur l’autocratie du « bon père de famille » !

Benedikt Arden, janvier 2022