jeudi 10 janvier 2019

Ce monde nouveau qui cherche à naître


Ça fera bientôt plus de neuf semaines que le mouvement des « gilets jaunes » manifeste contre le gouvernement français. Contrairement à ce qui avait été prévu par le pouvoir et ses éditocrates, le mouvement maintient le cap dans ses objectifs. Et ceci, malgré les fêtes de fin d'année et les miettes que Macron leur a concédées il y a quelques semaines.
Non, rien n'y fait ! Le mouvement le plus large que la France ait connu depuis l'après-guerre réclame plus. Il réclame d'avoir droit de regard sur les affaires publiques... celles-là mêmes qui le concernent directement et dont le pouvoir cherche désespérément la totale mainmise ...
Le mouvement des « gilets jaunes » ne réclame pas seulement des mesures justice sociales. Ça, c’était hier. Aujourd’hui, le point de non-retour a été franchi et le mouvement ne revendique rien de moins que le pouvoir ! Ce qu'il réclame, c'est la DÉMOCRATIE ! La vraie !
À ce souhait, le pouvoir répond par la répression policière et par le cynisme. Calomniant et infantilisant des gens autrefois modérés & raisonnables, mais que la situation politique a elle-même radicalisés. Ces élites soi-disant éclairées se targuant de la légitimité démocratique et jouent le sketch de la lutte au « populisme ». Mais réalisent-ils que leur « légitimité » électorale n'a été gagnée que sur le rejet massif du Front national? Combien des 66%, qu'a obtenus Macron lors de la dernière présidentielle, ont réellement plébiscité sa ligne politique (le néolibéralisme thatchérien)? Réalise-t-il qu'une bonne partie de ses électeur(e)s d’hier manifestent maintenant contre lui ?
Le rejet de ce système sans espoir est la cause évidente de l'effondrement des grands partis de gouvernement (PS/LR) et LREM en a naturellement tiré profit. Cependant, depuis le début de son mandat, Macron, loin de changer les choses, a surtout radicalisé la politique qui était rejetée au départ et concentre maintenant toutes les haines contre lui. Le mouvement des « gilets jaunes » est le résultat de cette étrange convergence des luttes contre cette élite cynique et arrogante.
Le mouvement est divers et confus sur bien des aspects, mais c'est parce qu'il va au-delà des querelles institutionnelles entre la gauche et la droite. Son défaut (le flou doctrinal) on le connait bien, mais sa force est justement dans le nombre qui cumule les doctrines et les volontés. Le mouvement des « gilets jaunes » est beaucoup plus fort que tous les autres mouvements qui les ont précédés depuis 1945. Mais de cette force, est-il possible de faire émerger une ligne politique cohérente? Évidemment, celle-ci existe déjà et est la plus simple de toutes : la démocratie ! Celle qui met (presque) tout le monde d’accord, qui est au centre des institutions, mais qui, dans les faits, n’existe plus depuis des décennies. Cette démocratie sacrifiée au nom de l’Union européenne, autre nom du néolibéralisme, et maintenant appelé « populisme » par des « démocrates » autoproclamés. « Démocrates » qui vouent un culte à l'autocratie capitaliste et qui veulent garder tous les pouvoirs !
Pourtant (rappelons-le), ces « démocrates » n’avaient pas de mots assez durs pour condamner les États concurrents de leur impérialisme (Venezuela, Cuba, Syrie, Libye, etc.), en les accusant de réprimer l'opposition et de brimer leur population. Ce qui les emmenait à souhaiter la guerre ... humanitaire ! Maintenant chez eux, c’est l’armée, la police et la répression qui devient le maître mot de leur « démocratie », celles-là mêmes qui rendaient coupables des États qui pourtant subissaient de véritables insurrections armées. Ce qui n’est heureusement pas encore le cas chez eux, mais dont tout est fait pour en accroître le risque.
L’hypocrisie et le cynisme sont le sous-entendu de ce régime qui craint le peuple et son courroux. Demain, un monde nouveau devra naître. Que ce monde s’éveille dans la bonne entente ou dans la violence, n’est pas du ressort du peuple en lutte, mais bien des élites qui ont confisqué ce droit !
Il est donc de leur responsabilité de rendre au peuple ce qui lui revient, car n'oublions pas : « Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs. » - Article 35, Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1793.

Benedikt Arden (Janvier 2019)

lundi 10 décembre 2018

Pour la laïcité et le droit… vraiment ?


Ce ne devrait être un secret pour personne. Le vote en faveur de la CAQ a d’abord été un vote pour se débarrasser des libéraux (PLQ). Cependant, ce vote « antilibéral » n’était pas uniquement hostile à la corruption et au cynisme du PLQ, mais a également été un vote de réaction aux politiques identitaires volontairement provocatrices du PLQ. Il est facilement observable que leurs politiques ont bien souvent favorisés les craintes des citoyens et participé à polarisation de la société québécoise au lieu de l’apaiser. Pourtant il aurait été facile de s’appuyer sur le « consensus » qui tournait autour des recommandations de la commission Bouchard-Taylor? Non. Au lieu de cela, le gouvernement libéral a préféré exercer un pouvoir polarisant et très teinté de leur conception multiculturelle de la société, sans égard au fait que le multiculturalisme n’a jamais été une conception réellement acceptée par une grande proportion de la population québécoise, contrairement à l’interculturalisme.


C’est donc en réaction aux politiques libérales que la CAQ s’est engagée à interdire le port du voile, c’est-à-dire le hijab, chez les employés de l'État qui se trouvent en position d'autorité. Ce qui, précisons-le, inclut pour les caquistes les enseignants. Le projet de loi et sa communication seront évidemment basés sur la protection de la « laïcité », mais, puisque c’est le port de signe distinctif qui est visé, ce sont surtout les femmes musulmanes qui seront visées. On pourrait aussi y ajouter le cas des sikhs, mais cette communauté n’est pas aussi bien représentée au Québec qu’elle l’est en Ontario et, il faut l’avouer, l’islam jouit d’une appréciation particulièrement négative depuis les attentats du 11 septembre 2001, ce qui n’est pas le cas des autres religions.

Récemment, un sondage est venu confirmer ce constat en indiquant que plus de 50% des sondés étaient d’accord avec cette volonté du nouveau gouvernement. Ce qui a donné un regain inespéré aux diverses tendances de la droite identitaire sur leurs appuis populaires. De l’autre côté, c’est surtout des dénonciations contre le populisme et la xénophobie qui se sont fait entendre. En fin de compte, les débats qui ont présentement lieu sont viciés par des conceptions du monde diamétralement opposé, mais qui se qualifie tous deux de « progressiste », ce qui pourrait en surprendre plus d’un.

Comme je l’exposais dans ma chronique L’Islam en question (2016) cette division idéologique se définit en ces termes :
Le premier, laïciste & plus ou moins hostile à l’Islam, se présente comme le représentant de l’égalité homme-femme, du droit des gais, etc. Ceux-ci revendiquent une lutte contre une idéologie religieuse jugée réactionnaire, un peu sur le modèle de celle menée à l’époque de la Révolution tranquille ou du 18e & 19e siècle en France. Certains de ses représentants iront parfois jusqu’à parler de « fascislamisme » ou de « fascisme vert » pour mettre leur position en emphase et ainsi usurper la vieille rhétorique antifasciste, comme le fait allégrement BHL depuis longtemps. Les seconds, soit les multiculturalistes plus ou moins favorable à l’exercice du culte islamique, se présenteront, quant à eux, comme les défenseurs des droits individuels et de l’antiracisme classique. Le rejet de l’Islam étant essentiellement considéré par ces derniers comme étant une forme de racisme, toute ingérence ayant vocation à contraindre la pratique du culte sera ipso facto interprétée comme émanant de sentiments racistes « mêmes si emballés d’un argumentaire progressiste », diront ces derniers.
Cette division sur la question s’est parfaitement incarnée dans le récent débat qui a eu lieu entre Francine Pelletier et Djemila Benhabib sur les ondes de Radio Canada. Débat caricatural s’il y en est, puisque les arguties étaient émises de part et d’autre, notamment sur le port du hijab, considéré comme un « droit humain fondamental », pour la première et un moyen « d’infériorisation des femmes » pour la seconde. En vérité, le port du hijab au travail n’est pas plus un « droit » qu’il n’est un « instrument d’infériorisation » des femmes.

Mettons quelques points au clair, le port du hijab dans notre société est beaucoup moins une obligation religieuse qu’un référent identitaire. Si l’on affirme à raison que bien des femmes le porte par choix, ce n’est pas tant à cause d’obligations religieuses contraintes, que parce qu’elles souhaitent montrer leur appartenance à la communauté musulmane. La référence aux droits religieux est simplement plus pratique pour faire valoir ce souhait culturel. Rappelons que le voile n’est pas plus une obligation religieuse pour les musulmans que le port de la croix chez les catholiques et la kippa des juifs[1]. Toutes ces « femmes de gauche » qui portent le hijab et ces « féministes musulmanes » qui ne le portent pas en sont l’illustration la plus évidente !

Ensuite, il existe bien des cas de femmes infériorisées portant le voile chez les communautés immigrantes, mais l’interdiction ou l’acceptation de celui-ci dans les postes d’autorité de la fonction publique ne les toucheront pas vraiment, puisqu’elles ne travaillent généralement pas. Et puis, même à considérer qu’elles soient forcées de travailler sans voile, leur situation ne risque pas de changer, puisque cette « pratique familiale » est d’abord un effet de l’enclavement de ces communautés entrent-elles. Enclavement ethnique qui doit d’abord être combattu par l’inclusion à la collectivité et non pas par des lois vestimentaires qui leur en limiteraient l’accès. De telles lois ont d’ailleurs généralement pour conséquence de radicaliser les personnes concernées et empire la situation au lieu de l’apaiser.

À l’évidence, ce débat n’est pas constructif du tout et divise la société sur de très mauvaises bases. Surtout à gauche, étant donné que cette question divise les classes pauvres de notre société sur une question somme toute secondaire, si nous la mettons en parallèle des impératifs sociaux et écologiques de notre temps. Je sais déjà ce que les plus ardents militants de ces causes me répondront. À leurs savantes injonctions, je répondrai simplement que le port d’un quelconque vêtement ne peut s’assimiler au droit de pratiquer une religion et que le port du hijab ne peut pas non plus être assimilé à du prosélytisme.

Une pratique religieuse est un mode de vie, certes, mais celle-ci a toujours été limitée par le droit lui-même dans nos sociétés[2]. De plus, la vie au travail a toujours impliqué des devoirs qui limitent nos libertés et qui sont théoriquement[3] acceptés, dès lors que l’on s’y est engagé. À l'inverse, le prosélytisme n’a jamais été le fruit de symboles et de signes distinctifs, puisque c’est avec des mots que l'on convainc ou convertit des gens. Il est donc de ce point de vue plus que douteux que des symboles aussi négativement connotés que ceux de l’islam soient capables d’autre chose que de provoquer la marginalisation chez celles qui le portent.

En fait, les arguments autour de la laïcité et des droits de l’Homme sont complètement hors sujet dans le cas qui nous occupe. La vraie question qui se pose doit être celle de l’uniforme et/ou du code vestimentaire au travail. Le voile étant d’abord un référent identitaire, il doit donc être perçu comme tel et, en fonction du fait qu’il touche un travail qui implique des vêtements spéciaux, il peut être interdit ou non sans devenir un débat de société central. À mon avis, il ne me semble pas pertinent d’interdire le port du voile chez les enseignants puisqu’il n’y a pas, à ma connaissance, de code vestimentaire particulier pour les professeures. À contrario, je ne crois pas qu’il soit juste de permettre le port du voile ou d’autre signe distinctif dans le cas où l’emploi nécessite de porter un uniforme, puisque le but de l’uniforme est d’uniformiser une même tenue vestimentaire pour tous et toutes. Enfin, le « multiforme » pourrait être une alternative, mais pas sans que des exceptions puissent également s’appliquer aux autres, car ce serait à raison vécu comme un privilège religieux. Rappelons que la religion n’est pas moins protégée que l’ensemble des convictions des individus dans nos chartes de droits.

L’État est laïc et non pas athée, je le sais bien, mais il serait, à mon avis, tout de même plus productif de baser le traitement de ces problèmes sur leur appréciation matérielle et factuelle. Ce qui implique de raisonner en grande partie en athée. Le port d’un quelconque vêtement ou signe distinctif devrait être analysé pour ce qu’il est et non pas sur la base de son substrat métaphysique. De plus, il me semble plus pertinent de laisser les corps professionnels décider collectivement des exceptions ou des interdictions à appliquer au code vestimentaire qui les concerne. Il est très facile de polémiquer sur ces questions, mais ceux qui travaillent dans ces domaines seront toujours plus à même de définir un consensus viable à long terme que les polémistes de tout acabit. La loi que veut faire voter la CAQ sera peut-être effective pendant un temps, mais sans consensus viable elle sera fatalement modifiée par un autre gouvernement et par voie de conséquence, le débat et ses effets négatifs seront sans fin.

Benedikt Arden (décembre 2018) 

[1] Il s’agit tout simplement d’une pratique culturelle qui diffère d’un pays à l’autre.
[2] La « Charia » ne peut être instaurée que si l’on piétine le droit libéral. Droit libéral qui est à l’origine du droit de liberté de religion.
[3] Je précise « théoriquement », car l’emploi n’est pas du tout un choix, mais une obligation pour l’immense majorité d’entre nous, puisque c’est la seule voie d’accès à « l’argent ». « Argent » nécessaire à absolument TOUT dans nos sociétés capitalistes.

lundi 26 novembre 2018

Urbanisme & écologie, des concepts indissociables


La préoccupation écologique et les problèmes qu’engendre notre mode de vie sur celle-ci ne sont plus une nouveauté pour grand monde et ceci depuis bien longtemps. Avec le temps, le pourcentage de gens qui croient que ces considérations doivent prendre le pas sur celles d’ordre purement économique, lorsqu’il est question de projets d’infrastructures majeures, ne cessent d’augmenter. Et c’est bien normal puisque ces futurs développements ont la fâcheuse tendance d’être en opposition directe avec les engagements écologiques, en termes de réduction des gaz à effet de serre (GES) et de biodiversité, que les gouvernements tentent, plus ou moins sérieusement, de mettre en place depuis des décennies.

Cette constante contradiction n’est pas non plus une nouveauté, puisqu’il est bien ardu de faire coïncider les intérêts d’une économie dite « libérale » aux impératifs écologiques qui caractérisent notre siècle. On comprend aisément que les acteurs du privé ont de la difficulté à articuler leurs intérêts à ceux de l’Humanité et de la vie sur Terre. Mais, pour ce qui est des infrastructures publiques, on aurait pu croire que les choses seraient plus faciles. Les décideurs n’ont-ils pas en tête leurs engagements lorsqu’il est temps d’inaugurer des projets d’envergure? Hélas, les « vraies affaires » et les intérêts politiciens de court terme ont tendance à prendre le pas sur les bons sentiments que les politiques évoquent lors des cénacles internationaux. Quand ceux-ci ne font pas carrément partie de la mascarade. 

L’un des exemples que nous offre l’actualité est ce fameux 3e lien, entre la Rive-Nord et la Rive-Sud des villes de Québec et de Lévis. Issue de demandes répétées par la ville de Québec, celle idée fut finalement récupérée par la CAQ comme promesse électorale lors de la dernière campagne. Maintenant que le nouveau gouvernement caquiste est bien en selle et qu’il souhaite toujours aller de l’avant avec ce projet, le débat est de retour sur la place publique. Et celui-ci remettra donc au goût du jour cette sempiternelle opposition entre développement économique, via de nouvelles infrastructures, et écologique. Le débat a d’ailleurs pris une tournure absurde, depuis la mise en ligne de la vidéo de Catherine Dorion, comparant ce 3e lien à « une ligne de coke », puisque les droitards et les anti-solidaires ont fait des efforts surhumains pour faire déraper le débat. Cela dit, les histoires de vulgarité et de VUS sont à ce point ridicules qu’elles ne risquent pas de s’éterniser et n’empêcheront pas la question du 3e lien d’être sérieusement posée.

Cette question, celle que Catherine Dorion et bien d’autres soulignent, est que l’augmentation des voies d’accès à la ville de Québec, via des autoroutes, des ponts des tunnels, etc. n’est qu’un remède temporaire qui, au bout du compte, s’avérera plus nuisible qu’autre chose sur le moyen long terme. La comparaison avec « la ligne de coke » est surtout liée au fait que le « high » des premiers mois sera vite comblé par une augmentation du problème, puisque plus d’offres d’accès en ville sous-entendent une augmentation de l’étalement urbain autour d’une ville qui, elle, ne peut s’étirer. Et c’est cet étalement urbain qui est à l’origine de la congestion et de la pollution automobile.

Évidemment, je partage son opposition au 3e lien et, hormis que sa comparaison parlera sûrement beaucoup plus aux consommateurs et aux ex-consommateurs de cocaïne qu’à ceux qui n’en ont jamais fait l’expérience, je crois que l’objectif de remettre cette question au centre du débat public est relativement atteint. Et ceci malgré les cris d’effroi de toutes ces âmes effarouchées qui se déchaînent contre son franc parlé. Cela dit, je crois tout de même qu’il y a quelques manques à la position qu’elle ainsi que bien des militants écologistes exposent. Sans prétendre que leurs options politiques seraient simplistes, je crois qu’il faut prendre un peu plus de hauteur, puisque la gravité de la situation l’exige. En fait, je crois qu’il est important de bien définir nos revendications puisqu’elles n’ont pas le luxe d’être trop imparfaites. C’est déjà assez difficile de changer les choses comme ça, alors aussi bien les mener à bien!

Comme mentionné précédemment, l’écologie n’est plus une notion qui passe inaperçue. Cependant, les choix exposés lors des débats qui l’entourent me semblent souvent limités à des solutions qui sont déjà en place dans plusieurs villes et qui ne me semblent pas suffisantes en elles-mêmes. L’augmentation des GES (pour ne parler que de cet aspect du problème) n’est-elle pas en constante explosion, malgré ces avancées ponctuelles. Mais ces solutions, quelles sont-elles ? Sans surprise, celles-ci sont toutes plus ou moins liées aux transports et aux énergies qu’elles utilisent. En vérité, l’innovation écologique contemporaine ne s’aventure que rarement au-delà de l’investissement dans les transports en commun, de l’électrification des moyens de transport et dans la limitation du trafic urbain, voire de son interdiction des centres-villes. On remarque du coup que ce sont également les seules solutions écologiques qui s’harmonisent un tant soit peu avec le mode de production capitaliste.

La réalité cachée derrière ces solutions est que le fardeau de la transition écologique est imposé aux seuls citoyens, mais la part de l’entreprise est généralement laissée à sa seule bonne volonté. Ceci au nom de la compétitivité, bien sûr ! Pour ce qui est du programme de QS, je ne leur ferai pas l’affront de prétendre qu’il se limite aux mesurettes énumérées ci-dessus (ils ont un programme économique conséquent). Seulement, je crois que la question du 3e lien nous offre une belle occasion de revoir quelques notions qui n’apparaissent pas dans le programme solidaire et qui sont rarement abordées.

Pour faire simple et pour paraphraser Catherine Dorion, je crois qu’au même titre que le 3e lien, l’amélioration des transports en commun dans les grandes villes sera aussi comme une « ligne de coke », puisque ces villes ne peuvent pas s’agrandir et ne peuvent être occupées que par un nombre limité de gens. Ce qui veut dire que ce que l’on perd en voiture sur les routes, on le gagne en demande d’habitations urbaines. Ce qui aura fatalement pour conséquence d’augmenter leur prix. Autrement dit, une gentrification accélérée des secteurs desservis par les transports en commun, un exode des pauvres hors des villes et une augmentation de la demande de transport en zones périurbaines, puisque l’économie et les services sont tous concentrés en ville. En définitive, ce sont simplement les plus pauvres qui remplaceront les classes moyennes sur les ponts et les autoroutes. Enfin, ceux qui seront en mesure de se procurer une voiture !

En y regardant de plus près avec la loupe sociale, on remarque rapidement tous les impacts sociaux négatifs qu’implique le modèle des villes « écologiques », notamment le fait qu’elles sont souvent beaucoup plus chères que les autres (Zurich est à la fois la ville la plus écologique et la plus chère du monde !) et qu’elles parquent les pauvres dans des zones pratiquement abandonnées et sans perspective économique[1], ce qui empire de beaucoup leur précarité. Autrement dit, la ville sans voiture est un luxe typiquement bourgeois.

Ce qu’il faut comprendre, c’est que l’usage d’un véhicule ou du métro en ville est peut-être un choix pour certains, mais le besoin d’accès à la ville ne l’est généralement pas. Depuis des décennies, tout y est centralisé pour des raisons qui n'ont pas grand-chose à voir avec la qualité de vie des citoyens et encore moins de l'environnement. De plus, c’est en ville que se trouvent les universités, les grands hôpitaux, la majorité des services publics et la grande masse des emplois ! Autrement dit, les gens sont contraints d’aller en ville et je suis assez certain que Montréal pourrait bien vite ressembler à Naypyidaw en Birmanie (j’exagère, je sais) si l’urbanisme était pensé autrement. Je ne crois vraiment pas que les automobilistes, qui perdent deux à trois heures par jour dans les embouteillages, les usagers du métro, pressés en sardines à l’heure de pointe, et les cyclistes, qui risquent leurs vies entre les connes oranges, les autobus conduits par des « psychopathes » et les rageux du volant, vont et viennent en ville pour leur seul plaisir ! Il y a toujours une bonne dose d'obligation dans l'origine de ce besoin de transport.

La réalité est que c’est le besoin de transport et non les moyens de transport qui sont la racine du problème. Plus on rend incontournable le passage en ville, plus on engendrera des problèmes de transport ou de gentrification. Que ce soit des problèmes de chertés, comme en Europe, ou de transports, comme en Amérique du Nord, le problème vient d’abord de la centralisation dans les métropoles. Et croyez-moi, il serait beaucoup plus facile de décentraliser les centres urbains que de zigzaguer entre les fausses solutions, si nous voulons améliorer notre bilan carbone.

Au même titre que nous devons relocaliser la production, il serait urgent de relocaliser le trio de la vie que sont : l’habitation, le travail et la consommation. Du moment où le travail n’est plus concentré au même point, on n’a plus à se soucier des embouteillages et leurs impacts sur la qualité de vie s’en trouvent grandement diminué. On peut donc facilement imaginer une ville en miniature où les lieux de travail et les services publics côtoient les habitations et les commerces, comme dans les quartiers les plus prisés de la métropole (le plateau, Villeray, Rosemont, etc.). Je sais que le mode de vie urbain est généralement jugé comme plus écologique que le mode de vie périurbain ou rural, mais c’est d’abord à cause de la centralisation des métropoles qu’il en est ainsi.  

Tout ça est bien beau, me direz-vous, mais comment on fait pour organiser l’urbanisme si les entreprises ne jouent pas le jeu? C’est malheureusement ici que le bât blesse, car nous savons d’expérience que l'organisation écolo urbaine que je propose est particulièrement sensible aux variations de l’économie actuelle, puisqu’elle doit se bâtir sur une quantité limitée d’industries. Il ne vous a sûrement pas échappé que des villes québécoises comme Murdochville, Gagnon et Joutel ont toutes été construites sur la base d’une seule industrie et qu’elles sont mortes aussitôt que celle-ci fut mise à l’arrêt. Seulement, comme pour la production, l’économie du futur ne peut se permettre de s’appuyer sur les seules volontés de l’entreprise privée. Surtout dans cette époque néolibérale, qui laisse des multinationales être dirigées par des conglomérats d’actionnaires avares et incompétents.

Non, pour qu’un urbanisme réellement écologique voie le jour, il faut d’abord en finir avec l’économie dite « libérale ». C’est-à-dire cette soi-disant « liberté » qui ne profite qu’aux plus riches et qui brime la liberté d’organiser la société sur une base rationnelle. Sans pour autant attendre le grand soir de la révolution socialiste, il est pourtant encore possible d’imaginer un contrôle ferme du secteur privé, en ce qui a trait le lieu d’installation. De plus, le soutien du modèle coopératif dans les secteurs visés par une banque d’État et une organisation conséquente de la fonction publique serait probablement à même de soutenir une décentralisation économique du Québec. De toute façon, il serait inutile de créer des villes aussi éloignées que celles citées plus haut, puisque les municipalités et les petites villes au Québec ne manquent absolument pas.

Ce petit topo n’a évidemment pas pour objectif de régler tous les problèmes qui se poseront. Ce genre de projet de société demande bien des réflexions et phase d’essais-erreurs, qui met de côté la pensée magique. Cependant, je crois que l’importance de la cause environnementale peut aisément se permettre le travail à faire. Simplement, l’écologie ne doit plus faire cavalier seul et doit impérativement être pensée en terme social pour être vraiment pertinente. Reste toutefois encore à faire accepter l’idée que la planification écologique ne peut se faire sans un certain contrôle de l’économie. Contrôle qui ne peut malheureusement plus se permettre le luxe du régime capitaliste.

Benedikt Arden (novembre 2018)



[1] C’est parce que ces quartiers sont abandonnés et sans perspective qu’ils ne sont pas couteux et c’est parce qu’ils ne sont pas couteux que les pauvres y habiteront. La suite vous la connaissez, puisque l’expérience a été faite en France et dans plusieurs autres pays européens. 

vendredi 26 octobre 2018

Nouveaux enjeux, même lutte politique …


Après une campagne électorale exaspérante à tous les niveaux[1], c’est dans un état d’agacement assez avancé que j’ai pu enfin contempler ses résultats. C’est donc avec une nette majorité de députés que cette fameuse « Coalition avenir Québec » (CAQ) s’est fait élire par un peu moins de 25 % la population québécoise. Même s’il faut bien sûr relativiser la masse de ce vote en faveur de la CAQ, il est incontestable qu’une bonne partie de la population a choisi de donner congé aux libéraux via une vague du genre de celle de 2011, avec le NPD de Jack Layton. Cette vague mit donc en grave déroute le Parti libéral (PLQ), mais frappa encore plus son ancien rival, c’est-à-dire le Parti Québécois (PQ), qui a fait un score record en termes d’effondrement. De son côté, Québec solidaire récolte l’ensemble de toutes les circonscriptions que le parti estimait « prenables ». Ce qui n’est pas anecdotique, étant donné que le parti de gauche prend enfin des places hors de l’île de Montréal pour s’installer à Québec, Sherbrooke et Rouyn-Noranda.

La nouvelle députation est donc de 74 pour la CAQ, 31 pour le PLQ et de 20 pour le PQ et QS (10 pour chacun). Évidemment, l’analyse des résultats sera en fonction d’où l’on trouve notre sympathie dans le quatuor, mais il est incontestable que les lignes ont bougé et que les perspectives politiques entrent désormais dans une nouvelle ère. Cette nouvelle ère devra nécessairement ouvrir de nouveaux enjeux et changer les thèmes habituels qui, il faut bien l’admettre, sont vraiment usés au dernier degré…

Enfin, ce n’est peut-être pas le meilleur moment pour chercher de « nouveaux débats », puisqu’une semaine à peine s’est-elle passé que le cirque des « accommodements raisonnables » et de l’identité est revenu hanter le débat public, comme aux époques peu bénies de la commission Bouchard-Taylor et de la charte des valeurs! Il fallait de toute façon s’y attendre, car il est clair aujourd’hui que la question identitaire a énormément joué dans le plébiscite, malgré les incohérences du projet caquiste. Mais enfin, tout cela est un autre sujet.

Ce que j’entends par « nouveaux enjeux » a plutôt à voir avec la conjoncture « gauche/droite » contre « indépendantisme/fédéralisme », puisque la seconde division politique, lors de cette campagne électorale, s’est complètement fait enterrer sous la première. Et notons que bien peu de commentateurs, en dehors de quelques irréductibles indépendantistes, s’en soient vraiment désolé. La montée de la CAQ, de QS et de ce qui les oppose en est la démonstration la plus évidente, même si le mode de scrutin et les positionnements des partis traditionnels obscurcissent encore cette tendance. Les indépendantistes « purs et dures » auront beau s’en désespérer, mais il semble en aller ainsi depuis bien des années et je me permets de rappeler que les partis qui se disent indépendantistes en sont eux-mêmes largement responsables.

Depuis la fusion d’Option nationale avec QS et le suicide du Bloc Québécois[2], il n’existe plus de parti politique strictement indépendantiste, alors il n’est pas anormal de voir cette cause perdre de l’importance dans le débat public. D’autant plus que le « vaisseau amiral » du mouvement n’a strictement rien fait sur le sujet en plus de 20 ans! Évidemment, QS propose l’indépendance, via la mise en place d’une constituante, cela est un fait, mais le parti n’est pas totalement indépendantiste dans sa composition, étant donné qu’une part minoritaire, mais non négligeable de ses membres et de son électorat est indifférente, voire hostile, à la question. Néanmoins, j’admets sans peine que QS a fait quelques bons points dans cette direction et qu’il offre un renouveau à la question qui doit être salué.

Du côté du PQ, je ne crois plus vraiment nécessaire de rappeler ce que je répète depuis des années maintenant, à savoir que ce parti est gangrené par l’opportunisme et le carriérisme le plus incurable. Ce qui fait qu’il est incapable de servir la cause de l’indépendantiste sérieusement. En réalité, le PQ se sert beaucoup plus des indépendantistes qu’il sert l’indépendance.  

De plus, l’instrumentalisation partisane qu'en a fait le PQ depuis 1995 et le fait de tergiverser entre la droite et la gauche sur les autres questions devaient forcement porter ses fruits. Disons que maintenant le fruit est tombé, puisque le parti a réussi l’exploit de perdre à la fois son électorat identitaire et progressiste. De toute évidence, il ne pouvait en être autrement, car le ciment qui unissait le parti (la cause indépendantiste) a été volontairement et officiellement mis de côté par son ancien chef. François Lisée a donc misé sur le dépassement de la raison d’être du parti pour essayer de remodeler le PQ selon la thèse de « l’autre gauche » avec les résultats que l’on connaît aujourd’hui. J’ajouterais qu’ils ont précédemment politisé la question identitaire, avec l’épisode de la charte des valeurs ainsi qu’avec les thèmes de l’élection de Lisée comme chef du PQ, pour ensuite l’abandonner à la CAQ et finalement se positionner au centre gauche. Enfin, il y a des raisons que la raison ignore !

De toute façon, les tactiques électorales du PQ manquent cruellement de sérieux depuis bien des années et je crois avoir fait le tour de la question. Pour le moment, ce qui importe c’est l’évolution de la question nationale, puisqu’elle est la clé de voûte de la question sociale et environnementale. Mais dans l’état actuel des lieux, que pouvons-nous espérer du futur ? De toute évidence, il serait absurde de compter sur un changement de cap en provenance de la CAQ.

De plus, la députation du PQ et de QS est anecdotique en plus d’être dans l’incapacité de s’entendre. Il est vrai que la CAQ a promis de réformer le mode de scrutin... Mais, comme on dit « les promesses n’engageant que ceux qui les croient ». J’imagine que notre nouveau premier ministre ne me reprochera pas d’être septique sur cet engagement mainte fois trahi par ses anciens collègues. Je comprends bien que la mise en place de la proportionnelle est le genre de mesure qui est malaisante à faire lorsque le vieux mode de scrutin vous fait gagner les élections ! Cependant, laissons la chance au coureur et, qui sait, serons-nous témoin d’une réelle avancée progressiste opérée par la CAQ?!

Pour le moment, la perspective semble toujours bloquée et il n’y a pas trop de raisons de se faire optimiste. Après tout, la droite est au pouvoir, même si elle l’est depuis toujours d’un point de vue socialiste. Toutefois, il y a certaines avenues qui peuvent être envisagées. La première est l’échec plus que prévisible de la CAQ dans l’ordre canadien. À moins que le Parti conservateur soit en mesure de faire réintégrer les dissidents, qui ont suivi Maxime Bernier au Parti populaire du Canada, il est peu probable que le Parti libéral de Justin Trudeau (le PLC) soit radicalement battu aux élections fédérales de 2019, comme le fût le PLQ. Dans ce cas, François Legault et sa CAQ risquent fort de redonner indirectement un second souffle à l’option indépendantiste, s’il devait se tenir minimalement debout, puisqu’ils tomberont inévitablement en guerre avec le fédéral. Et si, cas plus probable, Legault se couche pour faire plaisir à son aile fédéraliste, il sera déconsidéré très rapidement par son électorat, ce qui offrira des conditions plus que favorables à une montée de Québec solidaire.

En second lieu, la question des relations entre QS et le PQ. Loin de croire en un rapprochement, je crois plutôt que les lignes de partis actuelles devraient diverger fortement. Les plateformes seront nécessairement amenées à changer, puisqu’elles se partagent en bonne partie le même électorat et ceci avec les résultats qu’on connaît.

À mon avis, le balancier idéologique du PQ devrait continuer, mais plutôt vers la droite. Je serais bien surpris de les voir en revenir à l’indépendance après une génération tergiversation. Mais pour le moment, rien n’est définitif et il est possible d’avoir quelques surprises en provenance d’un futur chef, mais la culture interne du parti et la jurisprudence qu'a créée la crise du Bloc québécois ne semblent pas du tout favorables à cette option.

Ensuite, en ce qui concerne QS, je crois assez crédible qu’ils se maintiennent dans la voie du populisme de gauche. Cependant, ils ont encore beaucoup à faire pour s’y épanouir pleinement, car le parti reste encore très idéologique sur des questions qui sont loin de faire consensus et ainsi véritablement percer dans le reste du Québec. Et je ne parle pas de la question nationale.

Par exemple, la question identitaire qui défraie présentement la chronique. Même si elle est organisée par les médias de la pire façon qui soit, les forces de gauche ne devraient pas interpréter les relations entre la majorité et les minorités sous le filtre « dominant/dominé ». Mais bien comme des populations qui ont des sensibilités différentes, mais qui souffrent des mêmes problèmes.

La lutte contre le racisme ne devrait pas être un obstacle à l’empathie qu’on doit à ceux qui craignent l’évolution identitaire du Québec, puisque cette crainte n’est bien souvent que le reflet de la peur du déclassement social. L’extrême droite en occident se fait aujourd’hui le champion des classes moyennes en phase de paupérisation et les manipule en luttes religieuses, voire raciales. C’est ce terreau mal irrigué qui a propulsé Trump et la CAQ au pouvoir et qui fait monter les partis hostiles aux immigrants un peu partout. Pourtant, un tant soit peu de travail envers cette population pourrait transformer cette peur et cette haine en conscience de classe. Ce qui serait plus que la bienvenue par les temps qui courent.

Pour finir, je crois que les prochaines années seront bien difficiles pour le mouvement indépendantiste. Toutefois, l’indépendance n’est pas le genre de cause qui se dépasse si aisément, puisqu’elle est issue des vices profonds de l’État canadien. C’est pourquoi il ne m’est pas douteux qu’elle revienne en force lors du prochain duel avec le fédéral. Si aujourd’hui l’indépendance politique semble céder le pas au nationalisme culturel pour les gens de droite, la gauche la reprendra d’autant plus volontiers que la division gauche/droite du débat s’opérera. Je sais bien que la cause de l’indépendance doit passer par un soutien qui va au-delà de la gauche, mais le problème actuel est plus de remettre à jour les contours du projet que de le réaliser. Alors il ne me semble pas sans intérêt que celle-ci campe temporairement à gauche afin qu’elle soit redéfinie dans des termes plus politique et moins identitaire. De toute façon, j’ai déjà démontré que la cause indépendantiste était une idée fondamentalement de gauche, même si une portion de la droite pouvait s’y rallier pour des conceptions qui lui sont propres.   

Enfin, souhaitons que cette nouvelle donne politique soit un nouveau point de départ!

Benedikt Arden (octobre 2018)                 




[2] J’ajouterais que le Bloc s’est depuis officieusement rallié au fédéralisme, lors du retour des renégats, puisque c’était leur condition de retour.

vendredi 28 septembre 2018

Petite politique liséenne et démagogie anti-marxiste au PQ

Ce qui est le plus pénible avec cette polémique débile sur le soi-disant crypto marxisme de QS n'est pas le reflux de vieux réacs peureux, qui, du haut de leur savante ignorance, mélangent savamment la pensée de Karl Marx (le marxisme), d'avec le marxisme-léninisme (idéologie de l'URSS). Et qui (évidement) accusent, des crimes de certains individus, l'ensemble des représentants d'un courant doctrinaux qui ont su libérer nombre de peuples et qui ont enrichie les sciences sociales et économiques au-delà de ce l'on pourrait imaginer. Et je ne parle même pas de la lutte contre le nazisme ...

Non, ce qui est le plus pénible c'est de voir, que par pure partisanerie, certains péquistes en sont rendus à cracher sur tous ce que la cause anticoloniale doit au marxisme. Je ne parle même pas de toutes ces grandes figures de la lutte anticoloniale au XXe siècle (Nelson Mandela, Hô Chi Minh, Frantz Fanon, Thomas Sankara, etc.), mais de l’apport du marxisme et du socialisme à notre propre mouvement. Le mouvement souverainiste des années 60 est à peu près indissociable du socialisme et le PQ en est également issu, même s’il s’est très rapidement embourgeoisé dans les années 70.

Quand le PQ crache sur le marxisme pour alimenter sa guéguerre avec QS, il crache sur ses propres origines et sur la cause qui prétend défendre. La défense du capitalisme, ce n’est pas ça l’indépendantisme, car le capitalisme c’est la dépendance! Surtout dans le cadre de l’économie mondialisée d’aujourd’hui.

L’indépendantisme c’est la recherche de la liberté collective et cette liberté collective, si elle ne se confond peut-être pas toujours avec le marxisme-léninisme (même si dans certains cas, les ML ont été les fers de lance de mouvement de libération), il reste indissociable de la social-démocratie. Et comme on a tendance à l’oublier, la social-démocratie est une forme de socialisme qui a longtemps été marxiste sans complexe aucun. Le parti de Karl Marx n’était-il pas le parti social-démocrate d’Allemagne (le SPD)?

Enfin, je crois que notre mouvement est gravement malade de cette partisanerie crasse qui ne peut que le tuer à brève échéance.

Vivement la fin de ces élections que diable !

Benedikt Arden (septembre 2018)

mardi 25 septembre 2018

Perspectives d'avenir


Depuis le 23 août 2018, un vent de démagogie frappe le Québec. Cette rafale de pancartes aux slogans creux, ces promesses souvent ridicules et ces sondages bidon... Tout cela nos compatriotes le reconnaissent fort bien, car il s’agit des 42e élections que connait le Québec depuis la constitution de 1967. Néanmoins, ces élections, sans pousser des enjeux à ce point extraordinaires, auraient bien pu être un évènement digne d’intérêt, si notre système électoral n’était pas à ce point bloqué.

Malgré toute l’inertie que constitue ce simulacre de démocratie, les périodes électorales restent encore globalement les meilleures pour inciter notre population aux débats. Et ainsi revivifier leur esprit critique, un peu trop habituée à se laisser diriger par cette clique de beaux-parleurs. Dans ce contexte, il est tout à fait pertinent de mettre en place notre propre agenda électoral afin de mettre notre grain de sel dans ce flot de polémiques convenues pour ainsi rappeler que l’avenir du Québec ne pourra pas toujours passer outre les enjeux du monde, si nous voulons exister en tant que peuple.

Parmi ces enjeux de fond, l’équilibre écologique reste évidemment l’élément central de ce qui devrait compter comme fondamentaux politiques. Même si cet enjeu est loin d’être le seul à importer, l’équilibre écologique devrait normalement être de tous les débats, car il ne s’agit de rien de moins que de la condition de notre existence sur terre! Mais au détriment de tout bon sens, celui-ci est souvent rangé au même titre que les embouteillages urbains et la baisse des impôts...  

Il serait néanmoins faux de prétendre que l’enjeu n’est pas déjà une préoccupation centrale de la population. Il est cependant encore bien difficile de faire comprendre aux masses que cette question est insoluble dans le mode de production actuel et que les réformettes actuellement proposées sont bien loin de faire le compte. Il est effectivement impossible de mettre en place une production écologiquement équilibrée dans une économie mondialisée et administrée par des accords de libre-échange, qui ont été fondés sur des croyances issues du 18e siècle! C’est-à-dire sur un libéralisme imaginé sur la base qu'il y aura toujours assez pour créer plus.

De nos jours, cette croyance en un gisement de richesses sans limites, créées par un Dieu pour le seul règne des humains, semble fort dépassée. Cependant, les conséquences funestes de cette croyance irrationnelle sont toujours à l’œuvre, via recherche de la « croissance verte ». Évidemment, cette croissance n’est plus conceptualisée comme étant nécessairement issue de la production de marchandises classiques, puisqu’on donne de plus en plus de place à la production virtuelle et aux secteurs des services. Cependant, il n’en demeure pas moins irrationnel de croire qu’une croissance perpétuelle de l’économie puisse s’accompagner d’une décroissance de la production de produits polluants, puisque notre système économique est fondé sur le gaspillage des ressources. C’est cette croyance en cet « Eldorado » du développement durable, qui explique en grande partie le maintien de ce délire productiviste.

Cependant, cette fameuse « croissance verte », éternellement remise à un hypothétique lendemain, ne dupe que ceux qui veulent bien l’être et sert surtout les intérêts des bénéficiaires du statu quo. Et de ce statu quo, rien n’en sortira de bien gaies, même pour ses plus nets bénéficiaires. C’est pourquoi les acteurs principaux du désastre qui vient se dégagent généralement de leurs responsabilités en évoquant des contraintes issues des règles d’un système construit, certes par d’autres, mais qui n’a jamais été autrement pensé que pour le seul bénéfice d’un capitalisme tout puissant. Autrement dit, sans considération à long terme pour le maintien de la vie sur Terre.

Mais au-delà du cynisme ou de l’aveuglement volontaire, cette volonté de croissance économique continue n’est pas seulement issue de croyances irrationnelles, mais également d’une nécessité pratique du système. Il est effectivement facile de comprendre que la croissance économique permet aux capitalistes d’accumuler une part toujours plus grande des richesses si celle-ci grossit, mais c’est aussi le fondement du « libre marché », donc du libéralisme économique, puisque sans croissance, il ne peut y avoir « liberté » d’accumuler sans créer un monopole unique à plus ou moins longue échéance. Celui qui finira inévitablement par capter toutes les richesses. Comme chacun sait, dans un système économique sans croissance, il ne peut y avoir d’accumulation continue des richesses par les uns sans spolier les autres. C’est dans cette perspective que les gouvernants, comme les capitalistes, cherchent à augmenter la croissance, donc la quantité globale de richesse, puisqu’ils doivent également trouver les fonds pour administrer cette société qui crée la richesse.

Le problème, que tous devraient maintenant voir clairement, est que cette croissance ne peut qu’être stoppée à brève échéance par les limites mêmes qu’impose notre Terre. Limites maintenant chiffrées et datées pour l’essentielle des dorées rares et indispensables. Cette fin du modèle productiviste posera donc un choix décisif sur l’organisation de la société. C’est-à-dire, celui de la distribution des richesses restantes dans le cadre de la transition écologique, puisque l’on ne pourra plus compter sur l’augmentation de la production pour entretenir l’appétit de cette classe d'hyper riches qui structure le mode de production capitaliste. Dans ces conditions, il est évident que la gestion de la rareté, donc la planification de la production, soit l’unique salut de nos sociétés.

La grande question qui traverse notre époque est donc la suivante : si la planification économique de la rareté est l’horizon inévitable de notre temps, quel sera le régime politico-économique de demain ? La réponse à cette question réside dans un choix très simple. Ce sera le fascisme ou le socialisme … rien de moins!

J’utilise des termes extrêmement forts, c’est vrai. Mais ils n’en demeurent pas moins justes, puisque l’organisation économique et le partage des richesses passeront nécessairement par la question toute simple de « qui décidera »? Soit le monde sera dirigé par une petite caste qui organisera la société sur la base de leurs privilèges[1], soit c’est la société qui s’organisera elle-même, selon sa volonté propre. Le capitalisme libéral que nous connaissons est condamné et nulle technologie ne le sauvera sur le long terme. Il est donc urgent de mettre sur la place publique ce choix et ainsi en déduire les politiques qui se doivent d’être faits.

Pour ma part, je refuse d’être assujetti à ce monde servile qu’on nous prépare, car ceux qui nous gouvernent ne risquent pas d’organiser le socialisme, c’est une certitude. C’est pour cette raison que je me dois d’appuyer ce qui va dans le sens de la démocratie politique ET économique. Les deux concepts étant, nous venons de le voir, fondamentalement liés dans cette perspective d’avenir.

Pour y arriver, il n’y a pas trente-six solutions. Il faut que le rapport de force soit favorable à la multitude et que le 1% du 1% des plus riches soit dans l’incapacité de faire croire en une perspective inégalitaire acceptable démocratiquement. La société étant divisée en classes de plus en plus inégales, c’est en créant de l’hostilité entre les classes du bas que celles du haut arrivent à maintenir leur domination. Tout ce qui tend à obscurcir l’intérêt commun des basses classes mine nos chances de se libérer de cet avenir funeste. C’est pourquoi les délires identitaires de la droite comme de la gauche sont tout particulièrement à combattre[2]. L’intérêt des masses étant plus que jamais dans la guerre des classes, il importe d’éliminer toutes formes de thèses qui nous éloignent de cet impératif. Il est également fondamental de remettre au goût du jour le concept de souveraineté. Il est absolument impossible de changer quoi que ce soit si les leviers du pouvoir sont ailleurs. Et comme c’est au peuple de décider (qui décide?), il faut que les entités politiques soient représentatives des peuples qui la composent.

Dans notre cas, le Québec est depuis toujours administré par des pouvoirs qui ne sont aucunement réformables. Le Canada actuel ne fait pas exception. C’est pour cette raison que le Québec doit devenir un État souverain. Mais pas un État croupion, indépendant d’apparence, mais un État capable de maintenir une politique, même si ses voisins la récusent. Il est certain que ce genre d’indépendance sera difficile à obtenir et encore plus à conserver, mais c’est sur la base de nos réussites que nous pourrons aider les autres peuples à suivre notre exemple.

Inutile de rappeler que les promoteurs de ce fameux rêve d’une planète unifiée sous une démocratie mondiale feront leur habituel chantage au « nationalisme », mais nous devrons rejeter leur impérialisme déguisé, comme le dernier des colonialismes. La démocratie comme elle existe aujourd’hui n’est simplement pas possible à l’échelle du monde, puisque c’est dans sa plus petite expression que la démocratie prend son sens véritable. Il n’existe donc pas d’autre façon de refaire le monde que de mettre en place une humanité composée de nations souveraines, organisées et coordonnées par des cénacles internationaux où tous doivent être égaux, sur le modèle de la démocratie à l’intérieur des États. Et pour ce faire, il n’existe pas d’autre moyen que de briser les États coloniaux et impériaux qui coordonnent le monde actuel à leur guise.

Vaste projet, me direz-vous. Certes, mais il n’est pas moins sage de prendre quelques reculs afin d’y voir mieux et, surtout, plus loin. Alors, même s’il est difficile de faire admettre des changements aussi fondamentaux dans les débats, où la simple réforme de mode de scrutin passe encore pour une révolution, il ne faut pas perdre de vue l’ensemble des fondamentaux qui doivent guider nos choix et actions.

Dans les conditions actuelles de la campagne, ni la démocratie économique ni la souveraineté n’est à l’ordre du jour. L’environnement est toujours plus ou moins présent, mais jamais hors du cadre imaginaire de ce « développement durable ». La grande affaire, pour plusieurs, est de déloger le parti libéral. Mais, si c’est pour mettre en place un nouveau régime provincialiste repeint en bleu, on ne peut que faire fausse route. L’alliance entre les partis, qui portent plus ou moins les enjeux que nous avons survolés, n’étant pas possibles pour le moment, il est seulement souhaitable de voir le futur prince se faire ravir sa majorité afin de limiter la casse. Il est de toute façon évident que la Coalition avenir Québec (si elle devait accéder au pouvoir) se cassera les dents sur le mur du fédéral pour toutes réformes majeures. Ce qui importe reste donc les possibilités qu’offre cette débâcle future.

De l’autre côté, il est aussi souhaitable que le Parti Québécois soit largement défait afin de ne pas plébisciter sa stratégie d’abandon provincialiste, qu’ils ont échangé pour un programme vaguement plus à gauche que d’habitude. Il n’est cependant pas plus souhaitable de voir ce parti exploser pour autant, puisque ce représentant historique du nationalisme québécois est de centre gauche[3] et qu'en en explosant, celui-ci pourrait bien faire émerger une vraie force politique d’extrême droite. Extrême droite qui pourrait bien servir d’inspiration idéologique aux futurs chefs fascistes de l’ère post-capitaliste.

Enfin, vous l’aurez compris, il est pratiquement impossible que ces élections engendrent quelque chose qui puisse nous faire avancer à court terme. Il est cependant important de ne pas perdre de vue les fondamentaux. S’il n’est pas possible de mettre en marche la transformation du mode de production et l’indépendance politique qu’elle nécessite dans ce futur mandat, il reste indispensable de débloquer cette situation de conflit qui existe entre les électeur(e)s de ces deux partis ayant le potentiel d’appuyer ces réformes si nécessaire. Mais pour autant, la solution ne passera pas uniquement par des partis politiques. C’est dans un mouvement de masse que doivent prendre racine les futures entités politiques qui serviront notre cause.

Peu importe ce que sera la nature de ces organisations (coalitions des partis actuels ou des organisations neuves), l’important n’est pas de suivre une marche à suivre préétablie, mais d’organiser des forces qui doivent s’adapter au contexte.

C’est en gardant l’horizon des évènements bien en tête que nous saurons faire les bons choix !

Benedikt Arden (septembre 2018)     




[1] Je doute d’ailleurs en la capacité de cette classe sociale à mettre en place un quelconque « nouvel ordre mondial » puisqu’ils sont, malgré leur petit nombre, encore beaucoup trop et le fascisme de demain fera la faillite de bien de ceux qui se croient protégés par la fortune. Seules les vieilles familles de capitalistes, qui ont maintenu leurs réflexes tribaux et les réseaux appropriés, seront à mon avis les bénéficiaires d’un tel fascisme.    
[2] Les stratégies de communication des partis politiques bourgeois, qui visent soit à accabler ou à flatter les masses « blanches » et conservatrices et qui engendre cet axe « gauche-droite » à l’intérieur du système libéral, sont le principal vecteur de division des basses classes.
[3] Il est important de noter que la résilience du PQ à l’existence a neutralisé pendant des décennies une bonne partie des votants d’extrême droite, puisque ces derniers n’ont guère eu d’autre parti pour représenter leurs positions. Est-ce que la CAQ pourrait aller chercher ces votes? Peut-être, mais rien n’est moins sûr, puisque son chef est un bien piètre populiste…